class="single single-post postid-894 single-format-standard custom-background two_col_left two-columns">

«

»

juin 09 2014

Raconte-moi Aït Ourir

Mardi… C’est jour de souk à Aït Ourir !

Le souk (marché). Qu’est-ce que cela évoque pour vous ?

Moi, cela me transporte à mon enfance, à mon grand-père paternel. Une image toujours présente dans ma mémoire. Lui me tendant une sucrerie. Pas n’importe laquelle. Un bonbon carré multicolore, Arlequin aux mille couleurs. Chaque semaine, il partait loin pour approvisionner toute la famille. Où cela ? Tout ce que je savais, c’était qu’il reviendrait avec une surprise.

Mardi. C’est un jour spécial à Aït Ourir depuis plus de deux cent ans. C’est le jour de repos hebdomadaire, enfin pour presque tout le monde… C’est aussi le jour où l’on se retrouve en famille. On passe du temps avec son épouse et ses enfants. On rend visite aux voisins et à la famille. On prend soin de soi. Certains sont déjà au hammam depuis 6 heures du matin. Mais avant tout, c’est jour de souk. Dès le crépuscule, le bruit des sabots des mulets et des ânes tirant les charrettes, l’odeur du café, des beignets, du pain et de la soupe nous réveillent. Situé sur la rive droite de l’Oued Zat, on peut s’y rendre à pied, en voiture, en calèche, à vélo, en taxi ou à dos d’âne en quelques minutes. Du choix, du choix et du choix.

Longtemps réservé aux hommes, on y rencontre aujourd’hui – timidement mais sûrement – femmes et enfants surtout l’après-midi ou en fin de journée. Le matin reste un moment privilégié pour les hommes venus vendre leurs bétails ou leur production.

Quand on y regarde de plus près, le souk commence en réalité dès lundi. Une sorte de vente-privée dont vaches, veaux et bœufs sont les stars exclusives ! La relève est assurée dès le lendemain par les moutons, les chèvres, les mulets, les ânes, les chevaux, les juments, les volailles…

Le souk d’Aït Ourir, c’est LE lieu de rencontres. Barbiers, notaires, bouchers, restaurateurs… sont au rendez-vous. On vient de partout : des villages alentours, de Sidi Ben Nor, de Safé, de Beni Mellal… C’est aussi l’occasion de déguster les produits locaux et de découvrir notre artisanat (poterie, ferronnerie, menuiserie…). Envie de comprendre comment se fabrique un hammam traditionnel ? Les artisans travaillent sous vos yeux, alors n’hésitez pas à engager la conversation. C’est l’automne ou l’hiver ? Prenez le temps de goûter et de savourer des pois chiches ou des fèves salés et parfumés au cumin. Les commerçants sont essentiellement des hommes mais vous rencontrez également des femmes qui vendent toutes sortes de choses : pain fait maison, produits de beauté locaux…

Et le reste de la semaine ? Rendez-vous à la place centrale d’Aït Ourir (Tasokte), un mini-souk permanent.

Alors à mardi…

 

 

2 comments

  1. Aline

    Bonjour Raconte-moi Aït Ourir,
    Merci pour cet article qui nous plonge un peu plus dans le quotidien des habitants d’Aït Ourir.
    Le souk est un véritable espace de rencontres, d’affaires et de convivialité.
    Les marchés sont des lieux particulièrement vivants et riches où les couleurs et les sons composent une jolie palette!
    J’ai hâte d’en apprendre davantage…

    1. Raconte-moi Aït Ourir
      Raconte-moi Aït Ourir

      Bonjour Aline,

      Merci pour ce témoignage. Le souk d’Aït Ourir est effectivement au cœur de rencontres humaines uniques. Un lieu incontournable à découvrir lors de votre séjour à Aït Ourir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge