class="single single-post postid-721 single-format-standard custom-background two_col_left two-columns">

«

»

oct 10 2013

Raconte-moi Aït Ourir

Une histoire de… naissance

 

Tu es né(e) quand ?

Cette question peut paraitre anodine ou prêter à sourire mais il n’est pas toujours facile d’y répondre. Pourquoi ça ?

Parce qu’on a tendance à penser que tout le monde se souvient que telle personne est née en telle année, tel mois et tel jour et même à telle heure. Tendance aussi à oublier que l’Etat Civil n’est pas une évidence en soi et qu’il a bien fallu un commencement comme pour toute chose! Et lorsque l’on part de rien, il faut faire parfois preuve d’ingéniosité et se servir de ce que nous offre la Nature. On peut faire appel à sa mémoire ou rechercher d’autres repères.

Pour toute chose il faut du temps… et en attendant, il faut bien continuer à avancer, à imaginer, à vivre et tout ça en construisant ses propres repères !

Comment faisaient les anciens, alors ?

A chacun sa méthode.

Pour ceux qui avaient une mémoire d’éléphant, pas de problème… Le moindre petit détail était ancré dans leur mémoire.

Pour les autres, chaque événement était relié à un autre. Telle naissance correspondait à tel événement… et cela marchait ! Chacun y allait de son anecdote. Nos soirées étaient peuplées d’histoires aussi vivantes et drôles que les contes de Grimm.

« Au fait Khadija, ton veau est devenu adulte maintenant. Ta vache avait mis bas quand déjà ?… Rappelle-toi, c’était quand Mohamed construisait son salon (tamesrit en tachelhit) ! ». Et qui se souvenait de la période où Mohamed construisait son salon !?

Un âne

 

 

« Et toi Fatima, tu es née quand ?… Le jour où l’âne est tombé au fond du puits !… Moi, c’était l’année de la sécheresse, vous vous souvenez ? 120 jours sans pluie ! Pas une seule goutte d’eau ». L’eau. Une denrée très rare…

Une autre de nos richesses ?

Avoir trois grands-mères. Oui, oui, trois grands-mères. C’est qui la troisième ? Celle qui nous mettait au monde ! Au village, elle faisait office de médecin, de vétérinaire, de conteuse, de sage-femme… et bien entendu d’officier d’Etat-Civil. Eh oui, au départ, les livrets de famille étaient uniquement délivrés aux personnes qui travaillaient.

Astucieuse grand-mère ! Pour tenir le registre des naissances, elle employait deux méthodes ingénieuses et pas très couteuses : un fil et une bouteille. Tantôt, elle utilisait le fil sur lequel elle faisait un nœud, tantôt elle remplissait une bouteille de petits cailloux. Chaque nœud ou cailloux représentait une naissance.

Et vous, vous êtes nés quand !?

4 comments

Passer au formulaire de commentaire

  1. Fabiola@mon-fairepart-naissance

    C’est un article intéressant. C’est vrai que nos parents ou même nos grands parents ne se souvient pas toujours des détails exacts de notre naissance. Mais pour la plupart, c’est également vrai que chacun à sa petite méthode pour s’en souvenir. En tout cas, cet article est enrichissant.

    1. Raconte-moi Aït Ourir
      Raconte-moi Aït Ourir

      Bonjour Fabiola,

      Merci à vous !
      Chaque détail ou souvenir constitue une partie de nous, contribue à nous construire.

  2. Aline

    Bonjour Raconte-moi Aït Ourir,
    Merci pour votre article plein d’humanité! Les Anciens avaient un sens pratique et un lien avec la Nature prépondérants. A méditer… La troisième grand-mère est pour moi une découverte!

    1. Raconte-moi Aït Ourir
      Raconte-moi Aït Ourir

      Bonjour et merci à vous Aline.
      Avoir une troisième grand-mère est une chance et un bonheur que je souhaite à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge