class="single single-post postid-754 single-format-standard custom-background two_col_left two-columns">

«

»

oct 23 2013

Raconte-moi Aït Ourir

Figuier de Barbarie (aknaraï en tachelhit)

 

Figues de Barbarie (01/2013 - Raconte-moi Aït Ourir)

 

Le figuier de Barbarie. Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Moi, sans hésiter : un goût parfumé, un fruit juteux, sucré et frais… Mille et une cachettes, compétition et chapardage… Rien de bien méchant ! Vous allez vite comprendre. Imaginez trois petits garnements qui faisaient les quatre cent coups ensemble et qui se retrouvaient souvent dans des situations « épineuses ».

Imaginez-les par une belle journée d’été galopant à travers les champs de Sidi Rahou à la recherche d’un peu d’ombre et d’un petit quelque chose de frais à se mettre sous la dent. Le défi ? Dénicher les figues de Barbarie enfouies sous la paille. Un réfrigérateur 100% bio.

Aucun fruit frais en vue ? Qu’à cela ne tienne. Il ne reste plus qu’à se servir à la source.

Attention, pas n’importe comment. L’idéal : cueillir les figues de Barbarie le matin. Rouges, jaunes ou blanches, à vous de choisir. Gare aux yeux et aux mains si l’envie vous prenait de vous servir sur le chemin d’une randonnée… Discrètes voire invisibles, les petites épines blanchâtres n’en sont pas moins présentes.

Oublié la courte échelle ou l’escabeau. Eh oui, certains cactus mesurent jusqu’à 5 mètres de hauteur.

Visionnez la galerie en cliquant sur une photo, puis sur les flèches de droite ou de gauche

Alors comment fait-on pour les cueillir ?

Première option. Une grande tige de bambou fendue en deux à l’extrémité sur une dizaine de centimètres et reliée par une longue ficelle. On attrape la figue de Barbarie, on tire sur la ficelle – telle une canne à pêche prête à remonter un poisson – puis on cueille le fruit en effectuant un tour à 90°. Une pratique ancestrale.

Deuxième option. Armez-vous de gant ou de papier journal. Un tour de poignet et la figue de Barbarie est dans vos mains. Le fruit est prêt à être dégusté après l’avoir débarrassé de ses épines en le lavant ou en le frottant avec du papier ou une brosse. Il suffit de couper les deux extrémités puis de le fendre en deux. Le tour est joué. Succulent avec du pain frais !

Troisième option. Les acheter directement au souk d’Aït Ourir ou auprès des marchands ambulants que vous rencontrerez tout au long de votre séjour.

Vous avez aimé. Pourquoi ne pas essayer un jus de figues de Barbarie en terrasse ou sa confiture de fruits autour d’un petit-déjeuner ? Pour les amateurs de gastronomie, ne ratez pas le vinaigre de cactus…

Envie de vous détendre ? Le savon et l’huile de figue de Barbarie ont de multiples vertus. Anti-âge, cicatrisante et hydratante. Du choix, du choix et du choix.

C’est aussi un excellent aliment pour le bétail qui savoure à la fois le fruit et la raquette du cactus.

Vous allez me dire : que de qualités !

Figuier de Barbarie - Vallée du Zat (Janvier 2013 - Raconte-moi Aït Ourir)Et ce n’est pas terminé. En plus d’être résistant, c’est le voisin idéal. Il fait moins 5°C, même pas peur. Proposez-lui des températures avoisinant les 15°C à 18°C toute l’année, c’est votre arbre. Vous pouvez le trouver au milieu d’un jardin familial, sur le bord d’un chemin entouré de ses amis les amandiers, les oliviers, les palmiers… ou protecteur d’une habitation ou exploitation familiale. Une autre de ses qualités : la générosité. A peine âgé de 5 ans, le figuier de Barbarie nous offre ses fruits à foison.

Très populaire, il se fait une mise en beauté au printemps et parfois même à la fin de l’été juste après nous avoir régalés de ses fruits pendant trois mois.

« Si le labour se faisait avec la simple vue, n’importe qui moissonnerait »

(proverbe berbère)

Bonne découverte !

2 comments

  1. Aline

    Bonjour Raconte-moi Aït Ourir,
    Merci de partager avec nous et de cette manière un peu de votre patrimoine. La figue de Barbarie est indiscutablement un fruit qui se mérite, la cueillette et le nettoyage étant des opérations délicates! Reste pour les moins téméraires, l’achat au Souk. Pour ma part, je me risquerai bien à vos techniques. Le vinaigre de cactus, une découverte pour moi, que j’essayerai dès que possible.

    1. Raconte-moi Aït Ourir
      Raconte-moi Aït Ourir

      Bonjour Aline,
      La figue de Barbarie est assurément l’une des nombreuses richesses locales de la Ville d’Aït Ourir qui surprend de par ses multiples saveurs. Ne vous fiez pas à ses épines et savourez sa chair sucrée et juteuse… avec modération!
      Bonne cueillette!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge