class="home blog custom-background two_col_left two-columns">

oct 06 2014

Raconte-moi Aït Ourir

Le petit déjeuner berbère : instant gourmand et convivial

 

On entend ici et là que le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée. Je vois certains acquiescer. Parions que les gourmands ont déjà le menu du lendemain en tête. Et les autres ? Petit froncement du nez : « Je sais jamais quoi manger, j’ai pas faim, j’ai pas le temps, j’ai pas envie, c’est toujours pareil… ». Vous êtes-vous déjà interrogés sur le nombre de petit déjeuner différent préparé dans le monde ? Chaque pays propose des mets plus tentants les uns que les autres. Ça c’est dit, gourmandise oblige. Notre petit déjeuner doit-il s’arrêter aux frontières du pays dans lequel nous résidons ? La vraie question est : lequel est fait pour moi ?

Aujourd’hui, je vous propose un voyage gustatif : le petit déjeuner berbère

En savoir plus »

sept 22 2014

Raconte-moi Aït Ourir

Us et coutumes n°1 : se déchausser avant d’entrer…

Douar Sidi Rahou - Hiver 2014 - Maroc

Douar Sidi Rahou, village berbère du Haut Altlas marocain (2014)

 

Us et coutumes n°1 : se déchausser avant d’entrer…

 

Il est d’usage de se déchausser avant d’entrer dans une maison marocaine, témoignage de respect envers ses hôtes.

La démarche pourrait surprendre, déstabiliser, choquer même pour des millions de raisons. Qui fait ça ? Des millions de personnes à travers le monde… en Turquie, Italie, Thaïlande, Japon, Islande, Chine, Vietnam, Inde, Corée, Algérie, Espagne, Laos…

Mais encore…

En savoir plus »

sept 08 2014

Raconte-moi Aït Ourir

Le cinéma s’invite à Aït Ourir

Aït Ourir fait son cinéma…

Lorsque l’on évoque le cinéma marocain, on pense immédiatement à Marrakech et à Ouarzazate. Aujourd’hui, on pense aussi à Aït Ourir. Si, si, ce n’est pas une plaisanterie !

En savoir plus »

août 08 2014

Raconte-moi Aït Ourir

Vendredi, c’est couscous…

 

Le saviez-vous ?

Le couscous est d’origine berbère. En témoignent des pots primitifs de couscous trouvés dans des tombes au temps du règne du Roi berbère Massinissa (238-149 Avant JC).

Chez les berbères, le couscous (seksu en berbère) constitue le plat le plus noble de la gastronomie berbère. C’est le plat des grands événements (mariage, grossesse, naissance, circoncision, jour de l’an…). Par exemple, le couscous est indispensable lors d’un mariage. Exit l’idée d’un repas en solitaire et place au partage, à la joie, à la solidarité et à la convivialité. Le couscous est un plat qui se partage en famille, entre amis, entre voisins et est offert aux plus démunis. Plat ancestral aux mille et une couleurs, il a su distiller une mosaïque de saveurs dans les foyers du monde entier.

En savoir plus »

juil 08 2014

Raconte-moi Aït Ourir

Une histoire de… Vies

Les bijoux berbères en argent

Les bijoux traditionnels berbères sont essentiellement faits en argent. Reconnaissables par leurs motifs géométriques et leurs couleurs, ils peuvent être lourds et imposants ou légers et discrets, incrustés de pierres ornementales ou précieuses. Certaines formes de bijoux remontent à des milliers d’années. En plus d’être de véritables œuvres d’art, certains brillaient par leur sens pratique . C’est le cas de la fibule à la fois bijoux, broche et arme de défense. La broche permettait de relier deux pièces de tissus d’un vêtement, son aiguille de se protéger grâce à sa pointe acérée. S’ils ont aujourd’hui perdu cette utilité, ils continuent de scintiller au quotidien autour des poignets, au cou et aux doigts de nos aïeules ou au cours d’événements familiaux (mariage, naissance, baptême…). Certains bijoux nécessitent plusieurs jours de travail. Un travail artisanal délicat inspiré de l’histoire du peuple berbère.

En savoir plus »

juin 23 2014

Raconte-moi Aït Ourir

Voyage à… Sidi Rahou : épisode 3

Bienvenue à Sidi Rahou !

 

Maison en pisé à Sidi Rahou, Maroc

Comme promis, je vous emmène derrière les portes d’une maison en pisé du village. Accueillir un visiteur à Sidi Rahou est aussi naturel que respirer. Toquer à une porte et on vous saluera avec un chaleureux « Chkoun !? » (« C’est qui !? ») et les embrassades d’usage. Une manière originale de votre hôte de vous signaler sa présence et de se laisser le temps de traverser le patio.

En savoir plus »

juin 09 2014

Raconte-moi Aït Ourir

Mardi… C’est jour de souk à Aït Ourir !

Le souk (marché). Qu’est-ce que cela évoque pour vous ?

Moi, cela me transporte à mon enfance, à mon grand-père paternel. Une image toujours présente dans ma mémoire. Lui me tendant une sucrerie. Pas n’importe laquelle. Un bonbon carré multicolore, Arlequin aux mille couleurs. Chaque semaine, il partait loin pour approvisionner toute la famille. Où cela ? Tout ce que je savais, c’était qu’il reviendrait avec une surprise.

En savoir plus »

mai 05 2014

Raconte-moi Aït Ourir

Voyage à… Sidi Rahou : épisode 2

 

Douar Sidi RahouC’est où ? Question légitime que nombreux d’entre vous m’ont posé.

Si je vous dis Marrakech ? Jusque-là tout va bien. Ouarzazate ? Idem. Et Aït Ourir, Sidi Rahou ça chauffe toujours ? On sort de Marrakech, direction Ouarzazate… Après 35 km de paysages sublimés par le Haut Atlas marocain, arrivée à Aït Ourir. Là, on tourne à gauche direction Sidi Rahou. Oui, oui, Sidi Rahou… Faites-moi confiance car Sidi Rahal, c’est une autre histoire, une autre destination…

En savoir plus »

oct 23 2013

Raconte-moi Aït Ourir

Figuier de Barbarie (aknaraï en tachelhit)

 

Figues de Barbarie (01/2013 - Raconte-moi Aït Ourir)

 

Le figuier de Barbarie. Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Moi, sans hésiter : un goût parfumé, un fruit juteux, sucré et frais… Mille et une cachettes, compétition et chapardage… Rien de bien méchant ! Vous allez vite comprendre. Imaginez trois petits garnements qui faisaient les quatre cent coups ensemble et qui se retrouvaient souvent dans des situations « épineuses ».

En savoir plus »

oct 10 2013

Raconte-moi Aït Ourir

Une histoire de… naissance

 

Tu es né(e) quand ?

Cette question peut paraitre anodine ou prêter à sourire mais il n’est pas toujours facile d’y répondre. Pourquoi ça ?

Parce qu’on a tendance à penser que tout le monde se souvient que telle personne est née en telle année, tel mois et tel jour et même à telle heure. Tendance aussi à oublier que l’Etat Civil n’est pas une évidence en soi et qu’il a bien fallu un commencement comme pour toute chose! Et lorsque l’on part de rien, il faut faire parfois preuve d’ingéniosité et se servir de ce que nous offre la Nature. On peut faire appel à sa mémoire ou rechercher d’autres repères.

En savoir plus »

Articles plus anciens «